À l'abri du Mont Urgull

Paseo nuevo

Ce mont en plein cœur de la ville nous permet non seulement de jouir d’une vue privilégiée, mais de découvrir la Maison de l’Histoire et des vestiges de fortifications et des canons, témoins du passé militaire de la ville.

L’histoire militaire de la ville demeure vivante dans toute son âpreté sur le Mont Urgull. La situation et l’orographie de Saint-Sébastien la convertirent au XIIe siècle en forteresse militaire, et ses murailles, unique témoin de la ville fortifiée avec les restes conservés dans le parking souterrain du Boulevard, souffrirent une multitude d’attaques et de sièges successifs. Le Mont Urgull fut témoin en 1794 de la première capitulation de la ville devant les troupes françaises et assista, impuissant, à l’incendie provoqué par les combats entre les troupes françaises et l’armée anglo-portugaise, qui détruisit la ville en 1813.

Le Château de la Motte, sur la cime du mont, construit au XIIe siècle, fut une pièce défensive majeure de la ville et tout autour, on peut encore observer les canons et les meurtrières; la Maison de l’Histoire est un musée qui, à travers des audiovisuels, des maquettes, divers objets et scénographies, dessine à grands traits la vie des habitants de Saint-Sébastien au fil du temps, narrant ainsi plus de 800 ans d’une ville jeune et vivante. Le Cimetière des Anglais, sur le versant nord du mont, témoigne du passage des Anglais par Saint-Sébastien.

Dominant la ville, depuis la cime du Mont Urgull, la sculpture du Sacré Cœur (Christ de la Motte) se fond dans l’horizon de Saint-Sébastien. L’œuvre, réalisée par l’artiste Federico Coullaut en 1950, mesure plus de 12 mètres de haut et peut être vue à une distance de 4 milles depuis la mer.

Contournant le Mont Urgull, du port jusqu’au Paseo de Salamanca, le Paseo Nuevo nous fait entrer en contact avec la mer. Cette promenade, inaugurée en 1916, est réputée pour ses vagues spectaculaires et les jours où la mer est agitée, il convient de se promener  sans la perdre de vue, pour ne pas recevoir une bonne douche!

Dans la partie la plus occidentale du Paseo Nuevo, défiant la force des marées, se dresse l’imposante sculpture Construction Vide de l’artiste Jorge Oteiza. L’œuvre, qui fut récompensée lors de la Biennale de Sao Paulo il y a cinquante ans, est aujourd’hui une référence pour le monde de l'art contemporain, un véritable trésor à la portée de tous.

En continuant jusqu’à la fin de la promenade, nous atteignons l’Aquarium, qui date de près de cent ans et qui après sa restructuration en 2008 peut se vanter d’être l’un des musées océanographiques les plus modernes de toute l’Europe.