Zone Romantique

Hotel María Cristina

Après la démolition de la muraille à la fin du XIXe siècle et au fur et à mesure des plans d’agrandissement successifs, Saint-Sébastien acquit peu à peu la physionomie qu’on lui connait aujourd’hui.

L’agrandissement fut méticuleusement planifié, avec un urbanisme très élégant et très "dix-neuvième", dans un style éclectique.

Le plus remarquable de cette zone est la sensation d’harmonie à peine altérée par une poignée de constructions modernes, parmi lesquelles on relèvera la Mairie de Saint-Sébastien, inaugurée comme casino en 1897 et dont les fêtes attirèrent de grandes personnalités, comme Mata Hari, Rothschild, le roi de Belgique ou le Shah de Perse, jusqu’en 1924, année où le jeu fut interdit. Le 20 janvier 1947, l’édifice accueillit la Municipalité, qui quitta son précédent siège sur la Place de la Constitución. En plein sur la baie de La Concha, avec le mouvement incessant de la Vieille Ville en arrière-plan et la tranquillité des jardins d’Alderdi Eder devant, la Mairie mérite certainement une halte.

La Place de Gipuzkoa est une véritable oasis au milieu de la ville, avec son petit étang et ses canards, présidée par le siège du Conseil Général de Guipúzcoa, de style néo-classique.

La Cathédrale du Buen Pastor fut également inaugurée en 1897. Son esthétique de style ogival s’inspire des églises médiévales allemandes et françaises, comme en témoigne la flèche effilée qui couronne le sanctuaire et qui l’élève à la catégorie  de "plus haut édifice de Saint-Sébastien". Sur sa façade principale se détache "La Croix de la Paix", oeuvre du sculpteur Eduardo Chillida. Avec ses 1.915 mètres carrés, l’église est la plus grande de la ville.

En continuant par l’"Ensanche" vers l’intérieur, nous trouvons d’autres éléments singuliers:

  • La Place de Bilbao, coquette, avec sa fontaine monumentale, a été construite pour faciliter l’accès à la gare ferroviaire, la "Estación del Norte".
  • Le pont María Cristina, le plus élégant sur le fleuve Urumea, avec ses quatre pylônes inspirés du pont Alexandre III de Paris.
  • Le Paseo de Francia, sur l’autre rive du fleuve, près de la Gare du Nord; une promenade romantique aux réminiscences françaises avec ses fontaines "Wallace" et ses beaux hôtels particuliers du début du XXe siècle, bordée des garde-corps qui décoraient la promenade de la Concha avant 1910.

En 1912, une année charnière pour le développement touristique de la ville, furent inaugurés le Théâtre Victoria Eugenia, l’Hôtel María Cristina, le nouvel établissement balnéaire de La Perla (qui remplaçait les anciens thermes en bois,) le train à crémaillère du Mont Igeldo et le "topo" (ligne ferroviaire unissant Saint-Sébastien à Irún).

En juillet 1912, la reine régente Maria Cristina inaugura l’hôtel qui porte son nom. Durant plus de cent ans, les chambres élégantes et somptueuses de cet hôtel ont hébergé depuis l’aristocratie et la royauté du début du siècle jusqu’aux dernières stars d’Hollywood, en passant par divers musiciens, écrivains et personnalités de prestige international.

Le théâtre Victoria Eugenia, inauguré une semaine après l’Hôtel María Cristina, est un édifice en grès de style Renaissance. Depuis la première mise en scène de l’oeuvre "Le soleil s’est couché en Flandres" de la compagnie de María Guerrero, le théâtre a été le siège des principales manifestations de la ville, ainsi que du Festival International du Film de San Sebastián.

Une réforme complète a été mise en œuvre dans le théâtre entre 2001 et 2007, destinée à agrandir les espaces scéniques et à moderniser son style, tout en maintenant son essence originale.

Le récent aménagement de rues piétonnes ont convertie cette zone en un véritable centre commercial et de loisirs urbain, où les petites boutiques traditionnelles spécialisées côtoient les établissements de grandes chaînes commerciales et où tout peut se faire à pied.