TOP 5 : LES PINTXOS À EL ANTIGUO

carlos-tutti-fr
Carlos de Gil Photographe et gestionnaire de contenus à Tutti Community

Nous suivons la promenade de La Concha jusqu’à un quartier qui, comme son nom l’indique, est le plus ancien de la ville. Si vous avez déjà rencontré un habitant d’el Antiguo, ou si vous en rencontrez un, vous constaterez chez lui une fierté caractéristique d’appartenir à ce quartier. Les gens d’el Antiguo ont un sentiment d’appartenance très fort à ce quartier. Un sentiment qui frise l’indépendance. Et dans une certaine mesure, ils ne manquent pas de raisons de se sentir autosuffisants. Ils ont leur propre plage, de vastes avenues, une université, un grand nombre d’entreprises et de bureaux, et évidemment, une offre hôtelière à tomber par terre.

Nous commençons notre itinéraire par la rue la plus vivante du quartier : la Calle Matía. Nous avons de la chance, c’est un jour férié et elle est réservée aux piétons.

Drinka

Beignets de morue

antigua-drinka-pintxoa1

On pourrait croire que le Drinka est un nouveau venu dans ce quartier, pourtant cela fait déjà trois ans qu’il se démène et propose de la bonne cuisine à proportions égales. Sa façade et sa décoration intérieure plus que soignée nous indiquent qu’il ne s’agit pas de n’importe quel bar. Derrière ce challenge relevé avec tant de qualité et de bon goût se cachent trois sœurs : Carmen, Elena et Isabel.

antigua-drinka-pintxo2

Nous goûtons un beignet de morue et elles nous expliquent comment elles le préparent : « Nous faisons cuire la morue avec de l’huile et de l’ail, et ensuite, nous prenons une boulette de morue pour en faire un tempura. Mais nous n’utilisons ni crème, ni lait ».

antigua-drinka-pintxo4

Tandis que nous savourons la dernière bouchée, nous remarquons la devise de ce bar. Elle est écrite en grandes lettres, en basque, sur le mur de droite. EDAN, JAN, GOZATU, (« bois, mange, profite »). Simple et vrai. Toutefois, après cette visite, nous pensons que l’« exhortation » GOZATU mériterait d’être écrite en caractères gras. Nous reviendrons pour continuer à profiter.

antigua-drinka-pintxo3

 

Trikuharri

Calmar à la plancha, oignons caramélisés, trait de vinaigre de Modène + ingrédient secret

antiguo-trikuharri-pintxo4

Trikuharri a ouvert ses portes il y a cinq ans et demi, et il a immédiatement conquis les gens du quartier. Et ces derniers temps, il en va de même avec un public qui n’est pas aussi proche. Le propriétaire nous explique qu’au début, la clientèle venait surtout du quartier, mais que, depuis l’an dernier, ils accueillent beaucoup de clients étrangers, ce qui n’a modifié ni leurs prix, ni leur façon de travailler. La bière coûte toujours deux euros, et leur carte n’a pas changé, avec toujours la même qualité à un prix abordable.

antiguo-trikuharri-pintxo2

antiguo-trikuharri-pintxo3

Un de leurs pintxos les plus représentatifs ? Un calmar à la plancha avec de l’oignon caramélisé, un trait de vinaigre de Modène et un ingrédient... secret ! Pendant les dix minutes qui suivent, nous essayons toute sorte de stratégies pour tenter de découvrir ce « secret ». En vain. Nous allons devoir revenir pour continuer notre enquête. Mais pour être honnête, ce sera avec grand plaisir.

antiguo-trikuharri-pintxo1

 

Café de Mario

Brochette de gambas et bacon sur pain grillé, relevée d’un trait de vinaigrette

antiguo-mario-pintxo1

« Au Café de Mario, personne ne reste sur sa faim », nous confie Carlos, le patron, entre deux éclats de rire. « Nous ouvrons à sept heures du matin et nous servons à manger jusque tard dans la nuit. Petits-déjeuners sucrés et salés, et menu de semaine à 12 euros avec une bonne cuisine familiale. Le week-end, nous faisons aussi de la cuisine familiale, mais plus travaillée, avec un menu plus élaboré. Le soir, nous avons un très grand choix sur notre carte ».

antiguo-mario-pintxo2

Et bien sûr... ils ont aussi ce que nous sommes venus chercher. Parmi les délices qui couvrent le bar et ceux qui peuvent être préparés en cuisine, nous choisissons une brochette de gambas et bacon sur du pain grillé, relevée avec un trait de vinaigrette.

antiguo-mario-pintxo3


Lobo

Tête de champignon farcie au foie gras sur un fond d’aïoli

antiguo-lobo-pintxo1

Dès notre arrivée, outre l’imposant loup qui nous regarde fixement au fond du bar, deux détails attirent immédiatement notre attention. Le premier, c’est que tous les pintxos sur le comptoir sont élaborés avec des produits de la mer. Le deuxième, ce sont les énormes tonneaux de bière de couleur cuivre suspendus au-dessus du bar et de nos têtes. Erik, notre sympathique serveur nous explique que ces tonneaux proviennent d’une brasserie qui ne rajoute pas de gaz carbonique, et que la bière y fermente naturellement.

antiguo-lobo-pintxo2

Le pintxo que nous dégustons cette fois-ci semble également venir d’une autre planète. Deux têtes de champignons farcies au foie gras sur un fond d’aïoli.

antiguo-lobo-pintxo3

Pendant les dix minutes que dure notre visite nous discutons à bâtons rompus avec Tamara et Erik, les serveurs, et avec Josu, le cuisinier. Ils nous expliquent la philosophie du bar, et nous précisent que l’amour des petits détails et des bons produits est une caractéristique commune à toutes les enseignes Lobo de la ville. Nous sortons de cet établissement convaincus qu’il devrait y avoir un Lobo dans tous les quartiers de Saint-Sébastien.

 

Mandrágora

Pain grillé, poivron rouge, œuf mollet, mayonnaise et crevette bouquet, parsemés d’oignons et de piments hachés.

antiguo-mandragora-pintxo1

Ouvert il y a douze ans et rénové il y a trois ans, le Mandrágora est un des bars les plus fréquentés de la place la plus animée de Benta Berri : la place Jose María Sert. Ce qui frappe avant tout dans cet établissement, c’est le choix du bois pour toutes les surfaces : bar, table, chaises, et murs. Les serveuses nous informent que les tostas (tartines) font partie des produits qui marchent le mieux. Et ce n’est guère surprenant. Nous regardons les cartes sérigraphiées (elles aussi sur du bois). Toutes ces tostas ont l’air incroyablement appétissantes.

antiguo-mandragora-pintxo2

antiguo-mandragora-pintxo4

Mais nous sommes venus voir les pintxos, et la chance est avec nous, car ils n’ont rien à leur envier.

antiguo-mandragora-pintxo5

Cette fois, nous avons le plaisir de goûter un pain grillé avec du poivron rouge, un œuf mollet, de la mayonnaise, et une crevette bouquet, le tout parsemé d’oignons et de poivrons hachés.

antiguo-mandragora-pintxo3

Nous quittons le dernier établissement de notre liste et mettons un terme à cette aventure qui nous a conduits à traverser la moitié de la ville et à parcourir plusieurs de ses quartiers à la recherche de l’excellence gastronomique dont Donostia–Saint-Sébastien est si fière. Ces visites ont donné lieu pêle-mêle à de grandes confirmations et à d’heureuses découvertes en termes de qualité, de saveur et de bon accueil. Il nous reste encore beaucoup de quartiers et de lieux à visiter, mais nous pouvons tout de même vous dire que dans cette « petite grande ville », où que vous entriez, vous êtes sûr de bien manger !

Laissez vos commentaires

Code de sécurité Rafraîchir